La damnée au camélia

Sous le parapluie rose
moquette de souvenirs en lambeaux
humide et tendre.
Le rêve s’agrippe au râteau
intense.
Le rouge-gorge observe, satisfait,
la moisson.

L’art brut se saisit du paysage local
une saison chasse l’autre ;
chaque fois, le vivant reprend
ses droits.
Le camélia résiste
sous nos yeux égarés.

Le printemps précoce :
jouissance ou sacerdoce
entremêlés, courant
après le temps suspendu.

La damnée de l’année
remercie le soleil et la vie
pour cet acte solennel
du sac qui se remplit
des vestiges de la nuit.
Le poids de la Nature
est plus léger qu’un souffle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *