Cercles

 

Le cercle de la contemplation
Englobait la mesa.
Mais l’horizon du plus fort
Imposa la nature à sa soumission.

Wasichu sans envergure
Empli de peurs
Déchiqueta la beauté,
Brûlant le sacré sans mesure.

c

c


C

C

Du haut de son nid en cercle
L’oiseau observe notre suffisance :
Ce parking à caisses hideuses et polluantes
Ces blocs de murs anguleux et froids
Ces panneaux aux images défigurantes
Ces arbres que l’on abat de sang-froid
Ces terres pesticidées devenues infertiles.

En soufflant, le vent balaie
Mais ne fait que déplacer
Le propos stérile de l’humain
D’une crasse sans lendemains.

c

c


c

c

La folie n’a aucune forme,
juste une prétention.
Si profonde est ma tristesse
mêlée de colère indicible
devant l’éradication silencieuse
des plus grands fils de la Nature.

 

cc


x

x

Tout ce qu’ils veulent
Ce sont des “bubbles”.
Des algo veules
Qui pleuvent de la récolte.

Les cow-boys n’ont plus de colts
Mais des quants solitaires,
Lucky Luke dépassé par l’ère
Du solde du soldat numérique.

c