La lumière diffuse le mot…

…à moins que ce ne soit l’inverse.

Le Lamparo est un cahier de poésie édité chaque été de 1979 à 1981. Le premier cahier a été imprimé à 350 exemplaires.

Le numéroté 232, entre mes mains ce matin, me rappelle que la poésie n’a pas d’âge. Ni frontière, ni temps et surtout pas de case. Elle est libre.

Libre d’être aimée, chérie, partagée, adorée, supportée, trimbalée, dans sa poche ou dans son cœur.

Ce lamparo a éclairé les mots de poètes* passionnés, d’un “collectif”.
Mais c’est toujours seul que le poète vit la quête du vers.

Extrait :

“La fatigue des vieux hortensias à maintenir la brume d’hiver les fleurs fanés dont le jaune vous effraie, c’est celle même des mains de vieille ; leur tremblement de muqueuse salie, chaque touffe écrasée par le poids de son gel.”

François THIERRY in La chambre dans le chêne.

Le Lamparo (1979-1981)

 

* Dont l’ami Patrick Maury, poète et sculpteur.