Le nectar de Char

Vous allez penser que j’insiste. Il se trouve que René Char est l’un de mes poètes préférés – parmi tous ceux que j’ai pu lire.

Il n’est bien sûr pas le seul à trôner dans le haut de mon panier… Mais comment résister à ce petit livre bien rangé dans ma cuisine, passant inaperçu au sein d’une harmonie de bleu et de blanc portée entre autres par une étagère de condiments et de livres, à moins que ce ne soit le contraire ?

Lettera amorosa” – préfacé par Marie-Claude Char –, est un petit bijou.
J’ouvre au “hasard” la page 45 et lis :

Affileur de mon mal je souffre d’entendre les fontaines de ta route se partager la pomme des orages.
.

Ou encore page 43 :

Mon exil est enclos dans la grêle. Mon exil monte à sa tour de patience. Pourquoi le ciel se voûte-t-il ?

Comment peut-on penser écrire davantage alors que tout est là et que tous les mots de ce fin recueil (NRF, éditions Gallimard) sont de la même veine ?
Les dimanches jamais ne s’en relèvent.