urbanoïdes

En ville, le silence est une chimère où l’imaginaire n’a plus toute sa place. Rêver demande de s’extirper du bruit ambiant. Or ce ram-dam urbain, ces bruits d’humains se dépêchant de vivre, couvrent le son de la nature ; celui notamment du peu d’oiseaux qui s’adaptent avec mérite. Pauvre terre.

Libre

Cette nuit, je relisais le texte de Gao XINGJIAN qu’il avait lu lors de la remise de son prix Nobel de littérature je crois. Un propos qui me parle profondément. Il dit notamment, je cite* : “Aujourd’hui, particulièrement, où l’économie de marché envahit tout, les livres sont aussi devenus des produits commerciaux. Sans même parler…

soir d’été

La récréation est un mythe. À ce propos, un livre de chevet courbaturé Me revient au moment opportun : Chögyam Trungpa qui renverse l’idée de liberté Renvoyant les egos à d’infimes lambeaux. C’est beau la sagesse.

vers d’arbres verts

Ce matin, une amie bretonne m’adresse gentiment une photo de son pommier en fleurs… Ce soir, tout à fait par hasard, je ressors un livre intitulé “l’arbre en poésie “, recueil rassemblant les poèmes de différents auteurs autour du sujet de l’arbre ; je l’ouvre et le parcours délicieusement. Très vite, je m’arrête sur une création…